Fiche personnelle



Contact

  1. Penn an Terien

  2. 29 190 Pleyben
    02 98 26 32 43


Mail

aline.mixelrouxel.free.fr

 
 

Un korthal à l’arrêt, un portrait de setter lemon, de teckel à poil dur ou de pointer, une étude de braque allemand, de drathaar ou d’épagneul breton agrémentée de quelques plumes, voire même d’un volatile, un setter tricolore arborant dans sa gueule une superbe bécasse…, les aquarelles d’Aline Michel-Rouxel font la part belle aux chiens de chasse et particulièrement aux chiens d’arrêt.

« Après avoir vu s’envoler une bécasse des bois devant mon épagneul breton, j’ai su que les chiens et la belle des bois occuperaient une place privilégiée dans ma peinture. C’est un oiseau magnifique et les attitudes du chien d’arrêt sont tout simplement remarquables. »

Aline ne possède pas son permis de chasse, elle est là en tant que spectatrice. Elle apprécie la nature, la balade, le travail du chien.

Elle s’est installée en Bretagne, à Pleyben, entre Montagnes noires et Monts d’Arrée. Et ce fut la révélation !

« J’avais enfin la nature à portée de mains, tout m’inspirait et mes premières aquarelles furent consacrées aux fleurs sauvages, aux coquillages et aux plumes. Je peignais également quelques oiseaux du jardin. »

Et, l’univers de la chasse s’est peu à peu immiscé dans ses toiles.

Avant, Aline nous l’a confié, elle n’était franchement pas attirée par ce domaine. Elle s’est par la suite rendu compte que les chasseurs étaient utiles, qu’ils participaient à l’équilibre de notre écosystème, à la gestion du gibier… et la beauté du chien a fait le reste !

Portrait simple avec tête et poitrail, chien à l’arrêt, ou étude, c’est au choix. Aline peint essentiellement à l’aquarelle et seules quelques branches, quelques fougères ou quelques plumes viennent distraire notre regard.

Valérie Parent



Habitant une commune du Parc naturel régional d’Armorique, elle peut de sa maison voir ces
immensités. Brasparts, la commune voisine, en est sans doute la référence avec la maison de la chasse, mais aussi le Mont Saint Michel de Brasparts d’où des vues exceptionnelles ont fait l’objet de tableaux pour de nombreux peintres. Il n’est donc pas étonnant que notre artiste se soit mise à coucher cette nature sur ses aquarelles.

Aline se consacre à la faune depuis les années 90. Au début ce sont les lapins, les lièvres, les renards qui ont eu sa préférence. Puis ce sont les chiens de toutes races qui sont entrés dans l’atelier ; et dans la foulée la bécasse a fait son apparition ; suivent maintenant la bécassine et le sanglier.

Les talents de l’artiste sont indéniables, il suffit de voir ses aquarelles pour s’en rendre compte. Louis Quéau